Tout savoir sur la tension artérielle

Tout savoir sur la tension artérielle

La pression sanguine est la force exercée par le sang dans les artères et est principalement produite par la contraction du muscle cardiaque. Sa mesure est enregistrée par deux chiffres. Le premier chiffre, ou pression systolique, est pris après la contraction du cœur et est le plus élevé. La seconde, la pression diastolique, est mesurée avant la contraction du cœur et est la plus basse.

Le sphygmomanomètre (manuel ou numérique) avec brassard est l’instrument utilisé pour mesurer la pression artérielle (on l’appelle aussi plus communément tensiomètre). Ces paramètres doivent être évalués au moins une fois par semaine chez les sujets hypertendus et environ deux fois par an chez les personnes de plus de 40 ans.

L’augmentation de la pression sanguine est appelée “hypertension” et peut avoir de graves conséquences sur le cerveau, les reins, les artères périphériques et les yeux. Un mode de vie sain, accompagné d’un traitement approprié et de contrôles fréquents chez le médecin, peut aider la personne hypertendue à éviter les conséquences redoutées.

Qu’est-ce que la pression sanguine ?

La pression artérielle est l’un des meilleurs outils pour garder votre santé sous contrôle. Il est exprimé par deux nombres écrits sous forme de fraction que nous pouvons retenir et contrôler en permanence. La valeur la plus élevée correspond à la pression dans les artères lorsque le cœur pompe le sang. La valeur inférieure est la pression entre les battements, lorsque le cœur est au repos. Plus la pression est élevée, plus le risque de problèmes de santé est grand.

En outre, si les valeurs sont élevées, égales ou supérieures à 140/90 mm Hg, on parle d’hypertension, une affection qui, si elle n’est pas contrôlée, augmente le risque d’accident :

  • infarctus du myocarde
  • AVC
  • insuffisance cardiaque
  • maladie rénale
  • une mort soudaine.

Quand et pourquoi doit-on la mesurer ?

Tous les adultes devraient mesurer leur tension artérielle au moins deux fois par an en l’absence d’hypertension. Cependant, en cas de diagnostic, les mesures doivent être effectuées très souvent, lors d’un changement de traitement médicamenteux, et systématiquement une fois par semaine ou chaque fois que vous ne vous sentez pas bien.

Si une valeur supérieure à 140/90 mm Hg est constatée, une consultation avec votre médecin de famille doit être effectuée afin de surveiller votre tension artérielle et de vous conseiller sur les changements de style de vie pour la contrôler et prévenir d’autres complications. En outre, pour éviter les problèmes cardiovasculaires, vous devriez également consulter régulièrement votre cardiologue pour faire le point sur votre santé. Attention ! Si elle est ignorée, l’hypertension peut conduire à une maladie coronarienne. Et n’oublions pas que nous pouvons également mesurer la pression artérielle à domicile. Comment ? Rien de plus facile !

On parle d’hypertension (pression artérielle élevée) lorsque les valeurs de la pression artérielle sont supérieures à 140/90 mmHg, quel que soit l’âge (l’idée que la pression artérielle normale augmente avec l’âge n’est plus acceptée). L’hypertension est considérée comme un véritable problème de santé publique, étant la maladie cardiovasculaire la plus courante et la principale cause de morbidité et de mortalité dans la population adulte.

Le septième rapport du Comité national américain sur la prévention, la détection, l’évaluation et le traitement des maladies cardiovasculaires a récemment recommandé que la pression artérielle normale soit définie comme inférieure à 135/85 mmHg.

La classification de l’hypertension chez les personnes âgées de plus de 18 ans peut donc être divisée comme suit :

  • Pression systolique (mmHg) Pression diastolique (mmHg)
  • Normal 120-139 80-89
  • Hypertension stade 1 : 140-159 90-99
  • Hypertension de stade 2 supérieure/égale à 160 supérieure/égale à 100

Les meilleurs appareils pour mesurer la pression artérielle

Grâce aux progrès technologiques, il est devenu possible, ces dernières années, de vérifier facilement sa tension artérielle à la maison, dans le cadre d’une routine à faire soi-même. La fiabilité des tensiomètres, aidée par une utilisation correcte par l’utilisateur, garantit des mesures quotidiennes faciles et des résultats très fiables.

Évidemment, cette bonne habitude ne remplace pas le cardiologue. L’utilisation d’un sphygmomanomètre est recommandée à tout âge et vous permet de surveiller à tout moment la santé de votre cœur et votre tension artérielle. Cette attention à nous-mêmes rime avec prévention. Mais quels sont les meilleurs tensiomètres sur le marché ? Lesquelles sont les plus technologiques, les plus fiables ou les plus économiques ? Voici une liste des meilleurs et pourquoi les acheter.

1. AdvanceMED : le meilleur tensiomètre anéroïde

Un tensiomètre sans mercure également utilisé par de nombreux médecins. Il dispose d’un maxi affichage (65 mm de diamètre !) facile à lire, et d’une poignée ergonomique pour un pompage parfait. Il pèse très peu, se présente sous une forme compacte et est facile à emporter partout.

La précision des mesures et la durabilité font le reste. La finition argent satiné lui confère une touche supplémentaire d’esthétique – ce qui n’est pas mal – et de durabilité. Le bracelet se distingue par ses qualités de confort, avec une fermeture velcro et une tirette de luxe. La mallette fournie (également grise) permet un transport facile, ordonné et confortable.

La qualité se reflète dans le prix élevé de l’instrument, mais le jeu en vaut la chandelle. Le tensiomètre anéroïde AdvanceMED, solution Pic, coûte environ 60 euros en prix catalogue. Un chiffre qui peut être ramené à la baisse grâce à des remises occasionnelles.

2. Moniteur de pression artérielle Hylogy : le moins cher

Le tensiomètre le moins cher parmi les appareils de premier rang est sans aucun doute celui de la marque Hylogy, gage de fiabilité et de technologie. Il s’agit d’un instrument électronique sans mercure, doté d’une excellente gamme de fonctions et d’options.

Tout d’abord, nous parlons d’un tensiomètre numérique pour le bras, avec un grand écran LCD pour garder tout sous contrôle. Il dispose d’une mémoire de 180 mesures (90 par utilisateur), ainsi que d’un certain nombre de fonctions particulièrement utiles pour les personnes âgées : un bouton unique de mise en marche et d’arrêt, un capteur numérique et une alerte visuelle en cas de battements cardiaques irréguliers.

Tout cela s’accompagne d’une facilité d’utilisation peu commune, surtout pour le prix très abordable. Mais le tensiomètre à bras Hylogy surprend également par son équipement standard unique et l’exhaustivité de son offre.

3. Omron X2 Basic : le meilleur rapport qualité-prix

Un appareil automatique parfait pour la routine à la maison, facile et intuitif ainsi que visiblement compact. En effet, ses dimensions sont inférieures à celles de ses concurrents, ce qui en fait un instrument très adapté aux utilisateurs qui doivent le transporter en permanence. Mais regardons de plus près toutes les caractéristiques.

Idéal pour la surveillance par les bricoleurs, le X2 Basic offre une méthode oscillométrique de mesure de la pression artérielle avec le support d’un brassard, qui est facile à utiliser dans toutes les conditions. Le principe oscillométrique permet une mesure précise, la pression artérielle étant détectée par le mouvement du sang dans l’artère brachiale, qui est facilement contrôlé par le brassard de 22-32 cm fourni.

Toutes les fonctions de détection de la fréquence cardiaque – ainsi que les valeurs de la pression artérielle – et de signalisation de la fréquence cardiaque anormale sont présentes.
En plus du tensiomètre numérique et du brassard déjà mentionnés, il est également livré avec 4 piles AA – pour commencer à l’utiliser immédiatement – et un manuel d’instructions pratique. C’est un appareil qui est également bon pour la poche : environ 40 euros (frais de port inclus), ce qui fait pencher la balance vers cet instrument d’excellente qualité et de taille compacte.

Valeurs faibles : hypotension

Cependant, des valeurs trop basses, inférieures à 90/60 mmHg, sont universellement considérées comme anormales et sources de problèmes. En fait, l’hypotension peut provoquer des malaises cérébraux tels que

  • vertiges
  • évanouissements
  • difficultés respiratoires
  • une douleur à la poitrine.

Découvrez tout sur l’hypotension : ce qu’elle est et comment la combattre.

Comment mesure-t-on la pression artérielle ?

La pression artérielle peut être mesurée chez le médecin de famille, sur le lieu de travail, par un cardiologue ou à domicile par auto-mesure à l’aide de tensiomètres domestiques. Selon les représentants de la Société européenne de cardiologie, par exemple, si nous prenons notre tension artérielle à la maison, nous devons effectuer plusieurs mesures afin d’obtenir une évaluation précise des valeurs de la tension artérielle. Plus précisément, elle est recommandée pendant 3 jours consécutifs :

  • 3 mesures le matin jusqu’au petit-déjeuner, à quelques minutes d’intervalle les unes des autres.
  • 3 mesures le soir entre le dîner et le coucher, également à quelques minutes d’intervalle.

Les mesures de la pression artérielle doivent être effectuées lorsque nous sommes calmes et en position assise. Asseyons-nous donc tranquillement sur une chaise et insérons notre main dans le brassard du sphygmomanomètre jusqu’au coude. Nous vérifions que la position du brassard est correcte, en nous assurant que le stéthoscope (ou le capteur de pression) correspond à l’intérieur de notre coude.

Dans le cas d’un appareil automatique, il suffit d’appuyer sur le bouton et d’attendre le résultat. Si nous utilisons un appareil manuel, nous gonflons le brassard à un maximum de 150 mmHg. A ce stade, nous dégonflons la valve, en faisant attention aux bruits du coeur. Le premier son représente la pression systolique. Le dernier son est la pression diastolique.

A quoi correspondent valeurs lors de la prise de tension ?

La pression artérielle est exprimée sous la forme de deux chiffres. Le premier chiffre, ou pression artérielle systolique (maximale), est le plus élevé des deux et mesure la pression dans les artères lorsque le cœur se contracte. Habituellement, dans des conditions de repos physique, cette valeur est inférieure à 140 mmHg. Le deuxième chiffre, ou pression artérielle diastolique (minimale), mesure la pression dans les artères entre les contractions cardiaques, lorsque le cœur se détend et reçoit une nouvelle quantité de sang.

Dans des conditions de repos physique, cette valeur est inférieure à 90 mmHg. La pression artérielle augmente avec l’âge, en raison du fait que les artères ont tendance à perdre leur élasticité, de l’accumulation à long terme de plaques d’athérosclérose et des complications des maladies cardiaques et vasculaires.

En général, on accorde plus d’attention à la pression artérielle diastolique car elle constitue un facteur de risque important pour les maladies circulatoires. Pendant longtemps, certains médecins ont pensé qu’une pression artérielle systolique supérieure à 140 mmHg pouvait être tolérée chez les personnes âgées, mais, en fait, à ce jour, nous pouvons dire que les deux chiffres se sont avérés aussi importants l’un que l’autre.

Quelles sont les conséquences de l’hypertension sur la santé ?

Si l’hypertension n’est pas contrôlée par un régime alimentaire ou des médicaments appropriés, il existe un risque d’apparition de certaines pathologies graves telles que

  • arythmies cardiaques
  • AVC
  • infarctus du myocarde
  • maladie rénale chronique (insuffisance rénale)
  • une irrigation sanguine insuffisante des membres inférieurs
  • une vision floue, voire la cécité.

Comment garder sa pression artérielle sous contrôle ?

L’hypertension artérielle est une “maladie silencieuse” qui ne présente aucun symptôme spécifique, à l’exception d’une augmentation soudaine et importante de la pression artérielle (crise hypertensive), qui peut se manifester comme suit :

  • maux de tête
  • vertiges
  • des maux d’oreilles (ou acouphènes)
  • problèmes de vision
  • nausées
  • un malaise général.

De nombreuses personnes sont hypertendues depuis de nombreuses années sans le savoir, car elles ne contrôlent pas régulièrement leur tension artérielle. L’importance du diagnostic et du traitement réside dans les principales complications de cette maladie, qui touche le cœur (cardiopathie ischémique, infarctus du myocarde, arythmies, insuffisance cardiaque), les vaisseaux cérébraux (accident vasculaire cérébral) et les reins (néphroangiosclérose avec insuffisance rénale chronique).

Une étude sur le traitement optimal de l’hypertension, réalisée sur un échantillon représentatif de patients traités, a révélé que la valeur optimale de la pression artérielle à atteindre pour réduire le taux d’événements cardiovasculaires dangereux est inférieure à 135/83 mmHg (chez les diabétiques, inférieure à 120/80 mmHg).

L’objectif du traitement de l’hypertension est :

  • abaisser les valeurs de la pression artérielle à un niveau maximal sûr (inférieur à 130/85 mmHg)
  • garder la pression sous contrôle constant
  • prévenir ou réduire les complications
  • d’améliorer la qualité de la vie et de la prolonger.

Leave a Reply

Your email address will not be published.